Recherche

Abstract Cell Theory - Démo

Abstract Cell Theory - Démo

Il n'est vraiment pas courant que la première démo d'un groupe, se retrouvant anodinement au milieu d'une pile de CD promos en attente de jugement, puisse faire naître un enthousiasme si fort dès la première écoute. Bien souvent, on insère la galette sans réelle conviction, sans pouvoir anticiper ce qui va nous atterrir entre les oreilles. C'est la surprise. Dans le cas de la démo autroproduite s'ensuit un temps d'analyse où le chroniqueur relève immédiatement tout ce qui ne va pas sur ledit support, en terme de production, de justesse, et de placement, car ces critères sont généralement moins bien évalués que pour les sorties "du commerce".

Cependant, à trop vouloir chercher des poux dans la tête de ce qui n'en ont pas, on se casse parfois les dents. Il faut alors se rendre à l'évidence : le groupe n'a pas seulement un potentiel, mais déjà un talent dingue et une idée aboutie sur la façon dont il veut sonner. Quand en plus, il s'écarte un minimum des sentiers battus et propose un métal mélodique à coloration "cyber" comme celui de notre quatuor, le dico des superlatifs n'est jamais loin.

Ainsi, la première qualité d'ABSTRACT CELL THEORY est de ne pas avoir d'influence référente majeure, mais un large background que la richesse de sa démo laisse entrevoir. De l'apesanteur électrique du DEVIN TOWNSEND PROJECT au traitement new-wave industriel de SYBREED (dont on relève un mimétisme vocal étonnant dû à la présence de vocoder sur "Return"), de la technicité d'un STEVE VAI au spleen profond de PARADISE LOST, le groupe se fait le pourvoyeur d'une fraîcheur musicale détonnante et inspirée, assumant sans complexe son ancrage dans une époque actuelle également parsemée d'artifices électroniques. La composante metal n'en est pas moins massive pour autant ; elle sert plus la cause mélodique qu'elle n'en fout plein la figure, appuyant une musique qui a l'ambition des grands espaces et d'une grandiloquence mesurée ("Divided" et ses airs très "tonwsendiens" justement, au pont instrumental juste magistral). C'est qu'on manquerait d'un représentant de cet acabit en France : 50% catchy, 50% propice au voyage de l'esprit.

S'il y a donc tout un univers qui reste à bâtir pour ces parisiens assurément en devenir, on ne se mouillera pas trop en affirmant que les fondations posées là sont solides, peut-être plus méritantes que ce que les premières chroniques quelque peu sévères ont dit à leur sujet...

Head!
05.09.2010

Groupe : Abstract Cell Theory (France)
Titre : Démo
Label : Autoproduction
Sortie : 2010
Durée : 00:38:37
Tracklist
01 - Lights of Confusion
02 - Return
03 - Virtual Life
04 - Divided